GEOLOGIE DE LA REGION DE LA RIVIERE ARNAUD (SNRC 25D) ET DES REGIONS LITTORALES ADJACENTES (SNRC 25C, 25E, 25F). RG 2000-05, 2000. 39 pages and 4 maps.
MADORE, L.., LARBI, Y.



Abstract

Ce nouveau levé géologique couvre la région de la rivière Arnaud à laquelle s'ajoutent des régions littorales de la baie d'Ungava et du détroit d'Hudson. Le secteur comprend des roches archéennes du domaine de Douglas Harbour (Province du Supérieur). Ces roches sont intrudées par des dykes d'âge Paléoprotérozoïque (Dykes de la rivière Payne et Dykes de Klotz) et partiellement recouvertes par des nappes de charriage. Ces nappes, constituées de séquences supracrustales d'âge Paléoprotérozoïque, appartiennent à la Fosse du Labrador et à la Fosse de l'Ungava. Les roches associées au craton archéen ont été subdivisées en trois unités lithodémiques : le Complexe de Qimussinguat, le Complexe de Faribault-Thury et le Complexe structural de Diana. La distinction entre ces unités est basée sur des assemblages lithologiques typiques, et des différences dans le degré du métamorphisme et le style tectonique. Les lithologies communes aux trois complexes possèdent des signatures géochimiques semblables. Il est donc impossible de distinguer les complexes sur une base géochimique. Les roches du Complexe de Qimussinguat sont métamorphisées au faciès des granulites et celles du Complexe de Faribault-Thury, au faciès des amphibolites. Ces deux complexes sont constitués d'orthogneiss de la suite tonalite-trondhjémite-granodiorite/granite contenant des lambeaux de roches mafiques de natures gabbroïque, basaltique ou métasédimentaire. Dans le Complexe de Qimussinguat, ces lambeaux sont rares et de petite taille. Dans le Complexe de Faribault-Thury, ils sont de taille kilométrique à pluri-kilométrique et ils se répartissent en chapelet. Les complexes de Qimussinguat et de Faribault-Thury ont des fabriques structurales typiques de la déformation archéenne, dominées par une foliation ou une gneissosité à pendages abrupts et orientées NNW-SSE. Le Complexe structural de Diana est surtout formé d'orthogneiss tonalitiques archéens remaniés durant le Protérozoïque. Il se caractérise par une foliation mylonitique bien développée qui affecte des lithologies archéennes et paléoprotérozoïques. Les fabriques archéennes reflètent une tectonique polyphasée. La foliation et la gneissosité sont affectées par des déformations plicatives complexes auxquelles se surimposent des zones de cisaillement ductile. Les fabriques protérozoïques appartiennent à deux styles tectoniques distincts : un chevauchement des séquences paléoprotérozoïques sur le socle archéen et des mouvements de décrochement dextre dans un contexte de transpression. Aucune déformation protérozoïque n'a été observée dans le Complexe de Qimussinguat. Dans le Complexe de Faribault-Thury, la déformation paléoprotérozoïque est discrète et le métamorphisme varie du faciès des schistes verts au faciès des amphibolites. La déformation se limite au contact entre les nappes de charriage paléoprotérozoïques et le socle archéen ou encore aux zones de failles de décrochement d'envergure régionale. Dans le Complexe structural de Diana, la déformation protérozoïque est pénétrative et affecte toutes les roches de ce secteur. Une étude géochronologique permet de classer une suite d'événements géologiques. Cette suite s'établit comme suit : la mise en place des volcanites et des roches plutoniques felsiques à 2,8 Ga, deux épisodes de métamorphisme archéens à 2,7 Ga et à 2,6 Ga puis un métamorphisme protérozoïque à 1,8 Ga. L'étude a permis de mettre à jour deux nouveaux indices minéralisés et 10 sites anomaux. La minéralisation essentiellement en Cu, Ag et Zn fut trouvée dans des lambeaux de roches métavolcaniques ou métasédimentaires. Des intrusions mafiques et ultramafiques, surtout présentes dans les sillons volcano-sédimentaires, ont aussi été identifiées. Malgré leur teneur relativement élevée en Mg, ces roches ne contiennent que quelques teneurs anomales en Ni, Cu et Cr et un seul petit indice en Cu a été répertorié. Hormis les roches de la Fosse du Labrador où des nouveaux indices en Ni-Cu-EGP ont t été répertoriés dans des roches mafiques-ultramafiques, les bandes de paragneiss situées dans la partie est du Complexe structural de Diana ainsi que les ceintures volcano-sédimentaires de Trempe et de Buet, incluses dans le Complexe de Faribault-Thury, semblent être les cibles d'exploration les plus intéressantes.

Details

Document type

Document produced by the Ministère
Geological reports

Field of activity

General geology

Type of survey

Rock analysis
Geological survey

Cross-reference

-

Document type

Document produced by the Ministère
Geological reports

Field of activity

General geology

Type of survey

Rock analysis
Geological survey

Cross-reference

-