GEOLOGIE DE LA REGION DE KUUJJUAQ ET DE LA BAIE D'UNGAVA (SNRC 24J, 24K). RG 2013-04, 2013. 62 pages et 1 plan.
SIMARD, M.., LAFRANCE, I.., HAMMOUCHE, H.., LEGOUIX, C.



Résumé

Ce nouveau levé géologique au 1/250 000 a été réalisé durant l'été 2011 dans la région de Kuujjuaq et couvre les feuillets 24J et 24K. Le terrain cartographié se trouve dans la partie sud-est de la Province de Churchill et plus précisément à l'intérieur de la Zone de Rachel-Laporte et de la Zone noyau. La Zone de Rachel-Laporte correspond à la partie orientale de la Fosse du Labrador. Elle est majoritairement constituée de roches métasédimentaires et d'amphibolites assignées à la Supersuite de Laporte, considérée comme un équivalent métamorphisé du Supergroupe de Kaniapiskau, l'unité principale de la Fosse du Labrador. La Zone noyau est composée d'assemblages complexes de gneiss rubanés, de paragneiss et d'amphibolite, souvent migmatitiques, d'âge archéen à paléoprotérozoïque, ainsi que de nombreuses intrusions paléoprotérozoïques syn à tarditectoniques de granodiorite, de granite et de pegmatite. Toutes ces roches sont recoupées par des dykes de diabase mésoprotérozoïques. La partie ouest de la Zone noyau a été divisée en deux nouveaux domaines d'âge paléoprotérozoïque interprétés comme des écailles limitées par des failles de chevauchement. Il s'agit du Domaine de Gabriel, composé de roches volcano-sédimentaires métamorphisées, et du Domaine de Baie aux Feuilles, constitué d'unités intrusives déformées et mylonitiques. Les roches de la région ont été déformées au Paléoprotérozoïque lors de l'orogenèse du Nouveau-Québec. La collision oblique entre les roches archéennes de la Zone noyau et celles du craton du Supérieur a engendré une phase de déformation compressive responsable du grain structural régional NW-SE, avec un déversement vers l'ouest. Celui-ci est souligné par une foliation à faible pendage vers l'est, par des plis couchés ou déversés et par des failles de chevauchements qui limitent les écailles dans la partie ouest de la région. Une phase de déformation tardive reliée à la composante oblique de la collision a généré un mouvement dextre le long des failles de chevauchements et produit les grands cisaillements dans la partie est de la région. Elle est également à l'origine de grands plis ouverts à faible plongée vers le sud-est. Plusieurs secteurs d'intérêt économique, correspondant principalement à des zones rouillées et sulfurées métriques à décamétriques, ont été mises au jour. Ces zones se trouvent dans des séquences de roches volcano-sédimentaires et dans des roches intrusives mafiques à ultramafiques et sont souvent associées à des anomalies de sédiments de fond de lac. La minéralisation se présente généralement sous forme de fines disséminations et de filonnets et est souvent associée à des veinules de quartz ± carbonates. Des zones de sulfures semi-massifs à texture bréchique ont localement été observées. Plusieurs de ces sites d'intérêt sont localisés à proximité des grandes failles de chevauchement ou à l'intérieur de corridors de déformation reliés aux grandes structures de cisaillement régionales. Les sites d'intérêt économique localisés dans de la Zone de Rachel-Laporte sont particulièrement intéressants puisqu'ils semblent correspondre à des contextes équivalents aux nombreux indices situés à quelques kilomètres à l'ouest, dans les séquences volcano-sédimentaires moins métamorphisées de la Fosse du Labrador. Finalement, un nouvel indice de terres rares a été découvert dans une intrusion ultramafique à proximité d'une syénite et un nouvel indice uranifère a été trouvé dans un granite blanchâtre localisé juste au-delà de la limite sud de la région.

Détails

Type de document

Document produit par le Ministère
Rapports géologiques

Domaine d'activité

Géologie générale

Type de levé

Levé géologique

Renvoi

-

Type de document

Document produit par le Ministère
Rapports géologiques

Domaine d'activité

Géologie générale

Type de levé

Levé géologique

Renvoi

-


Données complémentaires
Carte géologique DOCUMENT COMPLET COMPRENANT : 1) LE RAPPORT SCIENTIFIQUE EN FORMAT PDF « ACROBAT® READER® »; 2) UNE IMAGE EN FORMAT TIFF OU PDF DE LA CARTE GEOLOGIQUE; 3) UN PROJET ARCGIS VERSION 10 DE LA CARTE AVEC FICHIERS ASSOCIES ET UNE GEODATABASE FICHIER DES ENTITES GEOSCIENTIFIQUES; 4) DES DONNEES NUMERIQUES COMPLEMENTAIRES EXTRAITES DE LA BASE DE DONNEES SIGEOM EN DATE DE PUBLICATION DU DOCUMENT. 45.395 Mo