GEOLOGIE DE LA REGION DE LA PASSE SHIMUSUMINU ET DU LAC VION (33F/11 ET 33F/12). RG 98-17, 1999. 43 pages et 2 plans.
GOUTIER, J.., DION, C.., DAVID, J.., DION, D. J.



Résumé

La cartographie géologique des feuillets 33F/11 (Passe Chimusuminu) et 33F/12 (Lac Vion) a été effectuée à l'échelle de 1:50 000. Le secteur étudié est situé au contact entre les sous-provinces de Bienville et de La Grande de la province tectonique du Supérieur. Les contacts entre ces sous-provinces sont des cisaillements dont l'un est une grande zone ESE dextre. Les roches de la région sont quasiment toutes archéennes et sont métamorphisées du faciès des schistes verts à celui des amphibolites. Les roches les plus jeunes sont des gabbros protérozoïques sous forme de dykes N-S et NW. Le Complexe plutonique et gneissique de Langelier représente l'ensemble des plus vieilles roches de la région et se compose de deux unités. Un gneiss tonalitique forme la première unité. Il a été daté à 2811 +/-2 Ma dans le feuillet 33F/10. L'unité dominante est une tonalite à biotite, foliée à gneissique, couvrant près de 10 % de la surface cartographiée. Le Groupe de Yasinski est localement en contact tectonique avec le Complexe de Langelier. Dans la région cartographiée, il se compose principalement de basalte d'affinité tholéiitique qui a été formé dans un environnement marin profond. Les volcanites forment d'épaisses bandes de mylonites et d'amphibolites dont les textures primaires ne sont préservées que par endroits. Des formations de fer au faciès des oxydes et des grès intercalés originellement entre les coulées volcaniques sont transposés dans les mylonites. La Formation d'Ekomiak se compose de grès polygéniques et d'un conglomérat polygénique, uniquement dans le feuillet 33F/11. Ces roches sédimentaires sont en contact tectonique avec les volcanites du Groupe de Yasinski. L'agencement des lits et les textures du conglomérat suggèrent une mise en place dans un environnement fluviatile. Toutes ces roches sont injectées par plusieurs séries de plutons. Les Intrusions de Duncan représentent la série d'intrusions la plus abondante. Elles regroupent une tonalite, une diorite et une monzonite. Elles recoupent les volcanites déformées. Des intrusions décamétriques à kilométriques de péridotite et de pyroxénite, plus jeunes que la déformation, sont aussi observées. Deux intrusions de granite, peu déformées, ont aussi été observées. La structure dominante de la région est la zone de cisaillement dextre ESE (en plein centre de la carte). Elle sépare au nord le Pluton de Radisson, peu déformé, et au sud les enclaves de roches déformées du Groupe de Yasinski dans les tonalites du Duncan. Les volcanites présentent aussi une déformation intense où les structures primaires ont été oblitérées par une forte foliation. Ces roches ont été cisaillées et plissées de façon polyphasée, avant la mise en place des Intrusions de Duncan. Ces dernières sont aussi marquées par une foliation, variant de faible à intense, selon les secteurs. Les principales minéralisations sont associées aux formations de fer. Une ressource d'un milliard de tonnes de minerai de fer a été estimée pour les gisements de Duncan (GM 32503) situés autour du lac Duncan. Des minéralisations ponctuelles filoniennes de chalcopyrite sont aussi observées dans ce secteur. La présence de zones d'altération en carbonate et en séricite et de plusieurs corridors de déformation suggèrent qu'il pourrait y avoir un certain potentiel pour des minéralisations aurifères.

Détails

Type de document

Document produit par le Ministère
Rapports géologiques

Domaine d'activité

Géologie générale

Type de levé

Levé géologique

Renvoi

-

Type de document

Document produit par le Ministère
Rapports géologiques

Domaine d'activité

Géologie générale

Type de levé

Levé géologique

Renvoi

-