GEOLOGIE DE LA REGION DE PARENT, HAUT-SAINT-MAURICE (PARTIE OUEST DU GRENVILLE). RG 2015-04, 2015. 62 pages and 1 map.
MOUKHSIL, A.., SOLGADI, F.., BELKACIM, S.., AUGLAND, L. E.., DAVID, J.



Abstract

La région étudiée constitue la première phase d'un projet de cartographie régionale visant à acquérir de nouvelles connaissances géologiques et métallogéniques dans la région du réservoir Gouin dans le Haut-Saint-Maurice (feuillets SNRC 31O09, 31O10, 31O15, 31O16, 32B01 et 32B02). Toutes les roches cartographiées font partie de la province géologique de Grenville. Cette cartographie a été réalisée à l'échelle 1/50 000 dans les secteurs accessibles par des chemins forestiers et au 1/125 000 dans les secteurs sans accès terrestre. Un levé aéromagnétique récent de haute résolution combiné à la cartographie nous a permis d'identifier et de circonscrire plusieurs unités géologiques. La géologie de région est principalement représentée par trois suites intrusives majeures. La plus ancienne intrusion, d'âge labradorien, est constituée de la Suite plutonique de Dugré (1674 ±15 Ma) composée d'opdalite, d'enderbite, de charnockite, de jotunite et de monzodiorite et est injectée par la Suite plutonique de Hibbard de même composition, mais d'âge pinwarien (1468 ±7 Ma). La Suite magmatique de Lacoste, d'âge elsonien (1450 à 1365 Ma), est constituée d'orthogneiss, de monzogranite, de diorite et localement de tonalite. Un bassin constitué de roches supracrusales a été reconnu dans la région. Il s'agit du Complexe de Wabash dont l'âge maximal de dépôt est 1204 Ma (elsonien ou plus jeune). Ce complexe est formé de paragneiss à grenat (rose lilas), à graphite et à sillimanite, de quartzite à pyrite ainsi que de marbre, de roches calco-silicatées et de grenatite, en quantité mineure. Des zones d'altération hydrothermale métamorphisées ont été identifiées dans plusieurs secteurs. Ces zones sont constituées de gneiss quartzofeldspathiques à pyrite, à pyrrhotite et à traces de chalcopyrite, de roches mafiques riches en grenat (grenatite, amphibolite) et de roches felsiques blanchâtres à sillimanite et à grenat, dont l'origine est probablement volcanique. La région renferme de nombreuses intrusions mafiques à ultramafiques constituées de gabbronorite, de pyroxénite et de webstérite à olivine (Suite de Roc, non datée) et de lentilles ou dykes de glimmérite (roches riches en phlogopite, Intrusions ultramafiques de Suzor, non datées). Toutes ces roches sont coupées par des filons ou des dykes de pegmatite granitique. D'autres intrusions, d'âge grenvillien (1038 à 1009 Ma), composées de syénite (± orthopyroxène ± clinopyroxène ± biotite) rose ou grise et fortement magnétique, de gabbronorite et de roches ultramafiques, ont été observées sur le territoire cartographié. Il s'agit de la Syénite de Bourguet (1038 +15/-13 Ma), de la Syénite de Core (1014 ±4 Ma), de la Syénite de Bouvreuil (1009 ±3 Ma), de la Syénite de Lortie (non datée) et de la Syénite des Dix Milles (non datée). Ces intrusions sont donc plus jeunes que les syénites de Kensington-Skootamatta (1,09 à 1,07 Ga), observées dans la région de Mont-Laurier. La géochimie des suites plutoniques de Dugré, de Hibbard et de la Suite magmatique de Lacoste indique une mise en place dans un environnement d'arc volcanique. Par contre, la géochimie des roches plus alcalines, associées à ces suites, indique un environnement intraplaque à la fin des accrétions de ces suites. Les intrusions syénitiques sont alcalines et leur mise en place a eu lieu dans un environnement anorogénique. Malgré leur hétérogénéité, la plupart des roches du Complexe de Wabash semblent faiblement altérées. Seuls quelques échantillons montrent des altérations plus prononcées de type potassique ou calcique. Les roches mafiques et ultramafiques de la Suite de Roc sont d'affinité tholéitique, alors que les Intrusions ultramafiques de Suzor sont ultrapotassiques contenant jusqu'à 90 % de phlogopite et sont nommées glimmérites. Les gîtes constitués par ces glimmérites ont des caractéristiques chimiques différentes. Ces différences sont probablement présentes dans les magmas qui ont mené à leur cristallisation. D'un point de vue structural, les roches de la région sont généralement très déformées et présentent des plis isoclinaux (P2) correspondant à la phase de déformation D2. La troisième phase de déformation a généré principalement des plis ouverts. La deuxième phase est responsable du grain structural de la région (dômes et bassins) avec une attitude qui est principalement orientée NE-SW. Les intrusions de syénite et les dykes de pegmatite présentent des structures magmatiques primaires et peuvent être considérés d'âge syn- à post-grenvillien. Des failles majeures inverses, normales, obliques et de décrochement ont été cartographiées dans la région. Ces failles correspondent à de larges couloirs mylonitiques de direction NNE-SSW à N-S. Ces couloirs entourent également la plupart des intrusions syénitiques et pourraient avoir favorisé leur mise en place et celle des autres magmas ultrapotassiques. D'un point de vue métamorphique, les roches ont atteint le faciès des granulites moyenne pression, diagnostiqué, entre autres, par la présence ubiquiste de l'orthopyroxène. On note également un métamorphisme rétrograde au faciès des amphibolites ici et là dans la région. Dans l'ensemble, trois événements métamorphiques ont été documentés. L'événement métamorphique M1, prégrenvillien, est reconnu dans la Suite magmatique de Lacoste (1161 ±57 Ma), dans le Complexe de Wabash (1160 ±9 Ma) et dans la Suite plutonique de Dugré (1123 Ma). Cet événement s'est produit en partie pendant l¿orogenèse shawinigienne (1190 à 1140 Ma). L'événement métamorphique M2, grenvillien (1088 et 1060 Ma) est observé dans le Complexe de Wabash et serait probablement associé à la migmatitisation des roches formant ce complexe pendant l'orogenèse ottawanienne (1080 à 1020 Ma). L'événement métamorphique M3 (1012 et 960 Ma), le plus documenté, représenterait une perturbation associée au métamorphisme tardi à post-grenvillien, plus précisément pendant la phase orogénique Rigolet. D'un point de vue économique, plusieurs indices et cibles minéralisés ont été mis au jour. Les minéralisations en terres rares (type magmatique dans les pegmatites granitiques) ainsi que celles en cuivre (type magmatique et/ou hydrothermal) sont les plus importantes. Un contexte probablement d'origine volcanique associé à des zones d'altération hydrothermale a été défini dans la région étudiée avec, entre autres, des roches quartzofeldspathiques à sillimanite et des grenatites zincifères. Des sites d'intérêt contenant des teneurs anomales en graphite, en zinc et en phosphore ont été découverts lors de cette étude. Ce secteur révèle également un potentiel minéral non négligeable en mica noir (phlogopite) dans les glimmérites, ainsi que des sites d'intérêt pour la pierre architecturale.

Details

Document type

Document produced by the Ministère
Geological reports

Field of activity

General geology
Miscellaneous

Type of survey

Compilation
Geological survey

Cross-reference

-

Document type

Document produced by the Ministère
Geological reports

Field of activity

General geology
Miscellaneous

Type of survey

Compilation
Geological survey

Cross-reference

-


Additional data
Geologic map DOCUMENT COMPLET COMPRENANT : 1) LE RAPPORT SCIENTIFIQUE EN FORMAT PDF « ACROBAT® READER® »; 2) UNE IMAGE EN FORMAT TIFF OU PDF DE LA CARTE GEOLOGIQUE; 3) UN PROJET ARCGIS VERSION 10 DE LA CARTE AVEC FICHIERS ASSOCIES ET UNE GEODATABASE FICHIER DES ENTITES GEOSCIENTIFIQUES; 4) DES DONNEES NUMERIQUES COMPLEMENTAIRES EXTRAITES DE LA BASE DE DONNEES SIGEOM EN DATE DE PUBLICATION DU DOCUMENT. 72.638 Mo